ENSEIGNEMENT

A l'Ecole Nationale Supérieure d'Art de Nancy depuis 1999, j'enseigne le multimédia, l'interactivité et tout ce qui touche de près ou de loin à la technologie et au rapport Art / science d'une manière plus générale.

Lien vers les pages de production de l'école.

J'interviens aussi dans le cursus de formation en Science Cognitive de l'Université de Nancy
et dans l'atelier ABCD Web de l'Ecole des Mines de Nancy.

 

Voici quelques exemples de résultats de recherche et de workshop menées à l'Ecole Nationale Supérieure
d'Art de Nancy.

Résultats du séminaire de recherche
Environnements virtuels :  communication et réalité augmentée

Résultats de l'ARC Réalité Augmentée
ou comment conquérir de nouveaux espaces de création et de recherche pour la création artistique et industrielle.

 

WorkShop M & Md : Musique & Motion design
du 26 au 30 / avril / 2010

Proposer des échanges constructifs et créatifs entre des étudiants de l’École d’Art et des musiciens, le tout en partenariat avec un établissement culturel : l’Autre Canal Nancy

 

 

 

Colloque "Chercher sa Recherche" décembre 2005

mise en place d'une Web-TV pour toute la durée du colloque.

 

Diffusion /Projection /Dispositif (2010)

Moduler la lumière et le son est une pratique ancestrale. Platon l’utilise dans l’allégorie
de la caverne à des fins pédagogiques. Les artistes s’en emparent rapidement. La lumière devient
un outil pour la création artistique. Avec l’invention de la photographie et du cinématographe,
les artistes s’intéressent à la lumière comme moyen direct de création. Laszlo Moholy-Nagy
crée autour de 1922 des sculptures motorisées qu’il appelle Light-Space-Modulator.
Composées de pièces de métal et de verre, ces sculptures sont éclairées par des projecteurs.
Elles captent alors la lumière et projettent leurs formes sur les murs environnants dans un jeu
d’éclats, d’ombres et de reflets (Ein Lichtspiel schwarz-weiss-grau / Black-White-Gray 1930).
L’œuvre vidéo contemporaine est source de manipulations et de recherches dans le domaine
de sa diffusion. Entre le « contenu » et le « contenant » un lien indéfectible et producteur
de sens est à l’œuvre.
Aujourd’hui il s’agit de questionner ce jeu de lumière et surtout l’idée même de projection
ainsi que d’écran. Moniteur ou écran quel sens donner à sa diffusion ? L’écran, comme support
de projection, est-il une nécessité ? Un médium unique et indispensable entre l’image
et le spectateur ? Le volume permettrait-il une nouvelle interface ?